Overblog Suivre ce blog
Editer l'article Administration Créer mon blog

Recherche

4 juin 2014 3 04 /06 /juin /2014 11:01

UNE TEMPËTE DANS UNVERRE D’EAU POLUEE

 

 

Le   tapage médiatique politique autour de l’affaire Pygmalion est inquiétant.  A    quoi sert-il de  fiancer les partis si ce n’est pour qu’ils soutiennent  électoralement ses candidats ?

 Si par  la loi les partis politiques sont subventionnés  par l’Etat rt et sous  contrôle

Du  pouvoir il ne reste plus aucune liberté pour le débat  et la vie politique.. C’est pourquoi le système politique se sclérose  sur le schéma politique du pouvoir. La question est de savoir pourquoi  pouvoir et opposition se confondent dans cette vision de l’exercice du pouvoir.

Dans la  situa dans laquelle se trouve la France  l’U M P seul parti  d’opposition parlementaire  doit-il s’opposer à une politique générale du pouvoir où à des actions ponctuelles ? En d’attachant à une opposition ponctuelle  l’opposition est finalement inopérante et finit par se confondre avec le pouvoir.

La loi sur le financement des  partis politiques par l’Etat a fixé le débat et la vie politique  entre les deux partis de gouvernement.  L’U M P comme le P S se satisfont du  système qui leur permet d’accéder alternent au pouvoir et les contraints  à  une  politique commune.

Les adhérents comme les électeurs de l’U M P ne voient  aucune  différence entre les deux partis de gouvernement ce qui désempare les électeurs.

Il en résulte une confusion qui fait de l’U M P  un parti éclaté   différentes tendances non seulement différentes mais inconciliables qu’il es vain d’essayer de les confondre.

Au lendemain des législatives l’élections  de Jean François Copée a mis en lumière les fractures à l’intérieur du parti . Jean François Copée   a eu le mérite de garder une apparente unité enabandonnant la politique de droite sur laquelle il a été élu.

Les règlements de compte qui a amené à l’éviction de Jean François  Copée est la confirmation que les fractures internes au parti sont inconciliables.

La collégialité de trois anciens premiers ministres a-t-elle une chance rétablir l’unité politique du parti ? A mon sens peu probable.

En  légiférant  sur le financement des partis par l’Etat le pouvoir a établi ce système politique de deux partis dits de gouvernement ayant  seuls   les moyens financiers de figurer électoralement dans le débat et la vie politique de la nation.

Les deux partis de gouvernement y  trouvent un  intérêt  dans l’opposition le jeu de l’alternance  doit lorsqu’on est dans l’opposition retrouver le pouvoir à l’échéance suivante. Ce qui explique la  permanence  du système politique qui a conduit au pacte dit républicain  qui perpétue la permanence du système politique  qui par le jeu de l’alternance ne manquera pas de ramener l’U  M¨ au pouvoir..

Cette stratégie des caciques de l’U M P  qui ont pris  la gouvernance du parti relève d’une logique illusoire  comme les politiques actuelles qui ignorent les  réalités

Les dernières élections  municipales et européennes sont un avertissement  que les français ne peuvent plus se satisfaire des politiques de droite qui font des politiques de gauche et des politiques de gauche qui font des politiques de droite axées sur une économie au service de l’étranger.

C’est pourquoi je pense que la collégialité d’un triumvirat anc é dans une certitude de continuité est  vouée à l’échec/

 

Partager cet article

Repost 0
Published by Gym Hurp - dans politique
commenter cet article

commentaires

Articles Récents

Liens